Turcs en Autriche - dua.com - FR

Turcs en Autriche

turks in austria

Les Turcs d’Autriche constituent la minorité ethnique la plus importante du pays et sont présents depuis les années 1970. L’histoire de leur migration est jalonnée de nombreuses formes de discrimination, de préjugés et d’exclusion au fil des ans. Bien que des progrès aient été réalisés pour améliorer les droits et la reconnaissance de ces migrants, il existe encore des obstacles qui empêchent leur pleine intégration dans la société autrichienne.

Mais comment sont-ils arrivés en Autriche ? Quels sont les problèmes qu’ils rencontrent et pourquoi sont-ils victimes de préjugés de la part des autochtones ? Dans cet article, nous allons évoquer le parcours des Turcs en Autriche et les raisons de leur migration. En outre, nous expliquerons pourquoi les relations entre la Turquie et l’Autriche se sont tendues et ont rendu la vie plus difficile aux deux parties.

La discrimination, les conflits et les désaccords avec les Autrichiens ont fait de la vie de nombreux migrants d’origine turque un véritable enfer. Poursuivez votre lecture et apprenez-en plus sur la communauté turque en Autriche.

Importantes migrations turques vers l’Autriche

Des Turcs ont été employés par des entreprises autrichiennes de construction et d’exportation, comme les Gastarbeiter (travailleurs invités) en 1964, en accord avec le gouvernement turc. La politique d’encouragement des travailleurs invités a pris fin avec l’introduction, en 1973, de lois restrictives sur l’émigration. Au lieu de retourner dans leur pays, les minorités ethniques turques, rejointes par leurs familles et leurs amis, ont alors connu une vague d’émigration massive.

Au cours de cette année, le gouvernement autrichien a mis fin à sa politique d’accueil des travailleurs invités et a adopté une série de lois restrictives à l’encontre de l’important mouvement migratoire turc. La première a été la loi de 1975 sur l’emploi des étrangers, qui imposait des limites aux permis de travail. La loi sur la résidence a été adoptée en 1992. Cette loi stipulait que les personnes qui n’avaient pas d’emploi ne pouvaient pas vivre dans le pays. C’est à ce moment-là que la situation de la minorité turque a commencé à se dégrader et que les relations économiques et culturelles entre les deux pays se sont détériorées.

En 1997, le gouvernement autrichien a mis en place un système plus strict pour limiter l’immigration de nombreux Turcs, bien qu’ils constituent le groupe ethnique le plus important. Ces réglementations sont devenues encore plus strictes en 2006 à l’égard de la communauté turque autrichienne. Au cours des quatre dernières décennies, les Turcs autrichiens vivant et travaillant en Autriche ont demandé le regroupement familial et la citoyenneté autrichienne. Toutefois, ils doivent résider en Autriche depuis au moins 10 ans pour pouvoir en bénéficier.

Cela signifiait que de nombreux immigrés turcs devaient perdre dix ans de travail acharné en Autriche et attendre patiemment de retrouver leur famille. Toutefois, les choses ne se sont pas déroulées sans heurts pour la plupart des Turcs autrichiens et des personnes d’origine turque résidant en Autriche.

Communautés ethniques turques

Fondée par des Turcs ethniques émigrés de Turquie et enrichie de descendants nés en Autriche, la communauté turco-autrichienne est un groupe dynamique. Elle comprend des membres d’origine balkanique (notamment bulgare, grecque et roumaine) et levantine (principalement chypriote et syrienne). Par conséquent, les statistiques officielles de l’État autrichien ne sont pas fiables lorsqu’il s’agit de calculer le nombre de personnes qui s’identifient totalement ou partiellement comme turques. En effet, les citoyens autrichiens n’ont pas la possibilité de déclarer leur appartenance ethnique dans les enquêtes et recensements gouvernementaux.

En 2010, Ariel Muzicant a estimé que 400 000 Turcs vivaient déjà en Autriche. Toutefois, selon Statista, une plateforme allemande de statistiques en ligne, le nombre réel était plus proche de 113 000.

Où se débat la minorité ethnique la plus importante ?

La population turco-autrichienne est répartie dans les grandes villes telles que Vienne et Salzbourg. Bien que les communautés ethniques turques résident dans des villes plus petites, dont 20 % de la population dans le bourg de Telfs.

Les Turcs d’Autriche rencontrent souvent des difficultés pour trouver un emploi, un logement et même des soins de santé. La barrière de la langue est l’une des principales raisons qui poussent les migrants d’origine turque à émigrer. Si certains Turcs ont pu apprendre l’allemand en demandant la nationalité autrichienne, beaucoup ont des difficultés avec la langue. Certains ne bénéficient pas d’un soutien adéquat pour les aider à maîtriser la langue. Ce manque de maîtrise a entraîné d’autres désavantages tels que l’incapacité de recevoir une bonne éducation ou d’accéder à des emplois de haut niveau pour la minorité turque.

La discrimination et les préjugés sont également fréquents à l’encontre des Turcs en Autriche. La société autrichienne a toujours une perception négative des communautés ethniques turques. Malheureusement, de nombreuses lois excluent les immigrés d’autres pays, comme la Turquie. C’est particulièrement vrai pour les migrants de la deuxième génération. C’est particulièrement vrai pour les enfants d’immigrés turcs qui sont nés en Autriche mais qui n’ont pas de passeport autrichien.

Le manque de reconnaissance et de compréhension à l’égard des Turcs en Autriche les a souvent poussés à la ghettoïsation, où ils sont isolés des autres communautés. Il est donc encore plus difficile pour la plus grande minorité ethnique de s’intégrer dans la société.

Malgré les nombreux défis auxquels sont confrontés les Autrichiens d’origine turque, la détermination de la communauté à réussir est évidente dans ses nombreuses réussites. Les Turcs d’Autriche ont largement contribué à l’économie, et leur culture et leurs traditions constituent un élément précieux de la société autrichienne. L’esprit courageux de la communauté lui a permis de surmonter de nombreuses périodes difficiles, et elle continuera à s’efforcer d’obtenir de meilleures opportunités à l’avenir.

Relations entre l’Autriche et la Turquie

L’Autriche entretient actuellement des relations cordiales avec la Turquie. Il existe toutefois quelques complications. Environ 119 720 Turcs résident aujourd’hui en Autriche.

Le 10 novembre 2010, les relations entre l’Autriche et la Turquie se sont considérablement dégradées après que l’ambassadeur turc en Autriche a accusé l’opinion publique et l’élite politique autrichiennes de xénophobie. Pour ne rien arranger, il a exhorté les organisations internationales ayant des bureaux à Vienne à trouver un nouveau site en dehors du pays.

Pour cette raison et bien d’autres, l’Autriche a pris l’initiative de s’opposer à l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Le Parti de la liberté a exigé la rupture des liens diplomatiques et l’arrêt des négociations en vue de l’adhésion de la Turquie à l’UE. La situation s’en est trouvée encore plus tendue pour la minorité ethnique turque en Autriche.

En décembre 2017, la Turquie a accusé le nouveau gouvernement autrichien de discrimination et de racisme, après qu’il ait refusé l’adhésion d’Ankara à l’UE. En outre, la Turquie a sévèrement critiqué l’UE pour ne pas avoir critiqué l’approche de l’Autriche.

Le gouvernement turc a accusé le nouveau gouvernement autrichien d’être malhonnête et a averti que ses actions pourraient faire perdre à la Turquie son amitié avec l’Autriche. Et s’ils continuaient à se comporter de la sorte, le gouvernement turc réagirait comme il se doit.

Une lumière brillante au bout du tunnel pour les Turcs d’Autriche

Les relations entre l’Autriche et la Turquie sont entrées dans une ère nouvelle, pleine de potentiel et d’espoir. En juin 2019, les gouvernements autrichien et turc ont signé un plan d’action en dix points pour améliorer leurs relations tendues. Ce plan se concentre sur la coopération économique, culturelle et politique entre les deux pays.

Ce plan d’action est un signe encourageant qui montre que l’Autriche et la Turquie sont toutes deux désireuses de coopérer et de construire de meilleures relations à l’avenir. Grâce à ce nouveau partenariat, les Turcs d’Autriche auront la possibilité de jouer un rôle plus actif et plus utile dans la société autrichienne. Le plan d’action contribuera à faire en sorte que les Autrichiens d’origine turque ne fassent plus l’objet de discriminations, mais qu’ils soient au contraire célébrés pour leur culture et leur patrimoine uniques.

Même si l’Autriche et la Turquie ont encore des différences, ce nouveau partenariat est un premier pas important dans l’amélioration des relations entre les deux pays.

En s’attaquant aux problèmes entre l’Autriche et la Turquie, les deux pays seront en mesure de créer une société plus ouverte et plus sûre pour tous les citoyens. Les Turcs d’Autriche peuvent enfin commencer à se sentir à leur place et à bénéficier des mêmes droits que leurs concitoyens autrichiens. Cela pourrait conduire à une meilleure intégration des Autrichiens d’origine turque dans la culture autrichienne, ce qui leur permettrait de contribuer au développement et à la réussite du pays.

Conclusion

Le plan d’action en 10 points entre l’Autriche et la Turquie est une première étape importante dans l’établissement de meilleures relations. Il contribuera à faire en sorte que les Turcs d’Autriche ne fassent plus l’objet de discriminations, mais qu’ils soient au contraire célébrés pour leur culture et leur patrimoine uniques.

L’amélioration des relations entre les deux pays pourrait conduire à une meilleure intégration des Autrichiens d’origine turque dans la société autrichienne, ce qui serait bénéfique pour les deux cultures. Bien qu’il existe encore des problèmes entre les deux nations, il est encourageant de les voir travailler ensemble pour créer un environnement plus ouvert et plus sûr pour tous les citoyens. Si les deux parties poursuivent leurs efforts, nous pouvons nous attendre à de nouveaux progrès sur ce front dans les années à venir.

Plus d'articles :