Albanais en Ukraine - dua.com - FR

Albanais en Ukraine

albanians in ukraine

Il y a des Albanais en Ukraine qui conservent leurs traditions jusqu’à aujourd’hui ! Les Albanais sont connus pour être dispersés dans le monde entier, et aujourd’hui nous allons parler des Albanais d’Ukraine. Ces derniers ont conservé leurs coutumes, leurs manières, leurs traditions et même la langue albanaise après de nombreuses années.

Les Albanais d’Ukraine se proclament fièrement ga tantë, ce qui se traduit par « de chez nous », et conversent en utilisant la langue si neve ou « comme nous ». Ils ont également appris l’ukrainien, mais s’expriment principalement dans leur langue maternelle.

Pendant l’occupation turque, cette communauté s’est installée en Ukraine entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle pour des raisons religieuses. Le conquérant de l’Empire ottoman ayant voulu convertir les populations du christianisme à l’islam, beaucoup de ces tribus ont fui et se sont installées en Ukraine, où elles se trouvent encore aujourd’hui.

Le pourcentage d’Albanais vivant en Ukraine est assez faible par rapport à la population totale du pays, puisqu’il ne s’élève qu’à environ 5 000 personnes de souche albanaise. La communauté albanaise d’Ukraine est principalement installée dans le sud de l’Ukraine et il s’agit généralement d’Albanais orthodoxes. Les immigrés albanais ont créé ce que l’on appelle un centre culturel albanais, où les Albanais les plus connus se réunissent pour célébrer les traditions albanaises ou même boire des bières albanaises. Il s’agit de la première organisation albanaise qui se consacre à la minorité ethnique des Albanais.

La fête de Saint-Georges et Gjergj Kastriot Skënderbeu

Chaque année, le 6 mai, les groupes ethniques albanais d’Ukraine, en Bessarabie, commémorent l’anniversaire du héros national albanais, Gjergj Kastriot Skënderbeu. Il est intéressant de noter que les Gagaouzes célèbrent Saint-Georges le même jour.

C’est pourquoi les Albanais et les Gagaouzes font tous deux des sacrifices. Gjergj Kastriot Skënderbeu, ou comme son nom l’indique, Gjergj, est précisément nommé ainsi parce qu’il est né le jour de la Saint-Georges. Les Albanais d’Ukraine commémorent cette journée comme l’une des traditions les plus importantes de leur culture albanaise.

La communauté albanophone

Le village de Karakurt est situé près de Bolhrad en Bessarabie. Le mot « Karakurt » vient du turc et signifie « terre noire ». Karakurt est également appelée l’une des araignées les plus venimeuses. Le mystère de la raison pour laquelle les colons albanais et gagaouzes ont baptisé ainsi le village, fondé en 1811, ne sera peut-être jamais résolu.

Les Albanais s’y sont installés pour quitter l’oppression de l’Empire ottoman et préserver leur tradition albanaise avant qu’elle ne disparaisse sous l’effet de l’invasion turque. Aujourd’hui, cinq langues sont parlées à Karakurt : L’albanaisl’albanais, le bulgare, le gagaouze, l’ukrainien et le russe.

Les habitants disent que lorsque trois personnes de nationalités différentes (généralement d’origine albanaise) se rencontrent et discutent ensemble, et que l’une d’entre elles parle albanais, alors les trois parlent albanais. En effet, pour ce groupe ethnique minoritaire situé dans le Karakut, l’albanais est la langue principale.

En 2001, des Albanais se sont installés à Karakurt. Environ 3 000 personnes vivaient à Karakurt (un village albanais), dont 1 725 étaient ou sont d’origine albanaise. Karakurt est célèbre pour sa culture unique, ses habitants chaleureux et ses vues magnifiques sur la mer Noire. De nombreux plats albanais traditionnels sont servis dans les restaurants locaux.

Les visiteurs peuvent explorer le vieux village où de nombreux Albanais se sont installés. Ils pourront également visiter les églises orthodoxes et participer à des activités culturelles telles que la danse folklorique ou l’équitation. Si vous avez un intérêt particulier pour le village, sachez qu’il offre également de magnifiques paysages naturels avec des vues à couper le souffle.

La communauté albanaise en Ukraine

De nombreuses sources affirment que la communauté albanaise d’Ukraine compte environ 5 000 ou 10 000 personnes, alors que moins de la moitié d’entre elles parlent la langue albanaise. Outre les villages de Bessarabie et de Priazovie (appelés communautés villageoises albanaises), ils vivent également dans de grandes villes telles qu’Odessa, Donetsk, Louhansk, Kiev, Izmail, etc.

Le Gjuham, la tradition du petit garçon héritier de la maison, les costumes, les quais, et même les fêtes, sont encore méticuleusement préservés. Cela montre bien que les Albanais, où qu’ils se trouvent dans la diaspora, ne séparent pas leur esprit culturel albanais des racines et du berceau de leur patrie.

La communauté albanaise d’Ukraine est l’une des plus anciennes, établie à la fin du 18e siècle. Elle a beaucoup apporté à la culture et à l’histoire ukrainiennes, à commencer par son rôle en Bessarabie et en Priazovie pendant les guerres russo-turques.

Aujourd’hui, les membres de cette communauté sont toujours actifs dans divers secteurs, de l’économie à la vie publique. L’éducation est importante pour eux et ils se soutiennent fièrement les uns les autres dans leur travail et leurs études. Ils sont fiers de leur culture, de leurs racines et de leurs réalisations, et cela se voit à la manière dont ils les préservent activement.

Conclusion

La communauté albanaise d’Ukraine est un groupe de personnes dynamiques et fières, profondément attachées à leurs racines culturelles. Ils ont préservé les traditions du Gjuham, des docks, des costumes et des fêtes qui existent encore aujourd’hui malgré des siècles de troubles et de changements politiques. Ils préservent activement leur culture non seulement par l’utilisation de la langue, mais aussi en se soutenant mutuellement dans leur travail et leurs études.

Il est clair que cette minorité ethnique a apporté une contribution incroyable à l’histoire et à la culture ukrainiennes au fil du temps, une contribution qui ne sera pas oubliée de sitôt. Avec les Gagaouzes, les Albanais peuvent célébrer la Saint-Georges comme un autre exemple de la façon dont les cultures nous unissent dans le monde entier.

Plus d'articles :